de l'exotérisme à l'ésotérisme, venez arpenter les chemins de la connaissance et du savoir en ce lieux de partage.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le mage et le sorcier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaillene Alexiel
Admin
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Là ou mon Cœur me porte

MessageSujet: le mage et le sorcier   Mar 11 Sep - 12:01

1)le mage


Le mot Mage (du persan Magis) désigne à l'origine les disciples de Zarathoustra. Par extension, le terme est également utilisé comme synonyme de magicien.


Jacques Duchesne-Guillemin, spécialiste des religions d'Iran, distingue les sens suivants du mot « Mages »:
Membres de la caste sacerdotale mède.
1)Les Mages, selon Hérodote (I, 140), sont l'une des six tribus mèdes, notamment spécialiste de l'interprétation des songes. La grande inscription de Darius Ier, roi de Perse, emploie en 515 av. J.-C., leur nom (maguš) comme désignant une ethnie. Les plus anciennes mentions des mages se trouvent dans la Bible, chez Jérémie (vers 580 av. J.-C.) et Ézéchiel. À l'époque mède, les mages nous apparaissent comme une caste sacerdotale pratiquant le culte solaire, la divination et l'oniromancie.
2)Prêtres officiels perses. À l'époque achéménide, Darius Ier renverse, en 522 av. J.-C., le mage mède Gaumâta, qui vient de se proclamer roi de l'empire perse. Les mages exercent le monopole sacerdotal. Selon Xénophon, c'est Cyrus II le Grand qui, vers 550 av. J.-C., installa officiellement les mages de Perse. Les mages exposaient les morts aux oiseaux et aux chiens (alors que les Perses couvraient leurs morts de cire avant de les enterrer). Pour les Grecs, les mages perses étaient des spécialistes de magie (mot dont l'étymologie renvoie à "Mages") et d'astrologie.
3)Disciples de Zarathoustra. À une certaine époque, les mages passent pour disciples de Zarathoustra. Comme ils étaient astrologues, le nom du prophète fut déformé en "Zoroastrès" (d'où le nom "Zoroastre"), et les gens peu instruits confondaient les mages de l'Iran et les astrologues de Chaldée. Zarathoustra n'est pas mage, mais il emploie le mot maga, qui désigne un état mystique procurant l'union avec les Amecha Spenta (Immortels Saints, sept entités entourant Ahoura Mazda : Esprit Saint, Justice Excellente, etc.).
4)Occultistes. À l'époque hellénistique (depuis la conquête d'Alexandre le Grand, vers 330 av. J.-C.), on ne trouvait rien de mieux que de placer tout écrit de magie, d'alchimie, d'occultisme sous l'autorité de Zoroastre ou de quelque autre prétendu mage (comme Ostanès). Mais Héraclite ((500 av. J.-C.) associait déjà les "mages" avec les initiés, les bacchants.
5)Rois d'Arabie adorant Jésus nouveau-né, aujourd'hui plus souvent désignés sous le nom de rois mages. Selon l'Évangile de saint Matthieu, des mages vinrent de l'Orient se prosterner à Bethléem (Matthieu II, 1-12). Ils furent vite considérés comme des rois, par contamination avec le psaume 72, qui parle de rois d'Arabie apportant des présents. Quand, à partir du VIe s. au plus tard, on les différencia, l'un d'eux fut identifié à un roi de l'Iran sud-oriental et du bas Indus, Gundoffarr (d'où 'Gaspar').


Qui est zoroastre?


Zoroastre, Zarathushtra ou Zarathoustra (Ζωροάστρης en grec), est un « prophète » du VIIe siècle av. J.-C.1, fondateur du zoroastrisme, ancienne religion de la Perse. Il est difficile, étant donné l'époque et l'importance du personnage, sources de nombreuses affabulations, de donner des dates et des lieux précis à son sujet. On suppose qu'il est né au nord de l'Iran, mais certaines traditions le font naître à Balkh dans le nord de l'Afghanistan actuel.


On connaît quelques bribes de sa vie, à travers les hymnes gathiques de l'Avesta, rédigés dans une langue indo-iranienne archaïque, vieille d'entre 2500 et 3000 ans, l'avestique. Celle-ci se montre très proche des textes védiques indiens du Rig Veda, où l'on retrouve le même type de grammaire que dans le livre saint de Zoroastre. On le connaît aussi à travers la tradition qui rapporte un récit épique de la vie de Zoroastre, tel un scénario exemplaire empli d'événements surnaturels et de miracles. On considère généralement Zoroastre en tant que personnage historique, mais les dates à son sujet sont très discutées

source wikipedia




Qu'est ce que le zorastrisme


Fondé par Zoroastre (appelé aussi Zarathoustra), un prophète iranien du VIe siècle avant J.-C., le zoroastrisme apparaît comme une tentative d'organiser le domaine divin en deux camps: d'un côte se trouve le Bien, le Seigneur Sage, Ahura Mazda, qui incarne la lumière, la vérité, et de l'autre, le Mal, qui représente l'aspect destructif des choses. Le zoroastrisme devint la religion officielle de la Perse et subit des transformations au cours des siècles, Ahura Mazda donnant naissance à des frères jumeaux Ormazd (le Bien) et Ahriman (le Mal) qui devaient régner alternativement sur le monde jusqu'à la victoire finale du Bien. Le zoroastrisme a profondément influencé les religions révélées du Proche-Orient : judaïsme, christianisme et islam.


Même si le zoroastrisme a pratiquement disparu en tant que religion, il reste un élément important de la civilisation iranienne, et qui a joué un rôle important dans l'histoire politique et religieuse du Proche-Orient pendant plus d'un millénaire et fait partie intégrante du patrimoine culturel et historique de l'humanité. Il reste aujourd'hui environ 300.000 zoroastriens dans le monde (200.000 en Inde - Bombay -, et 90.000 en Iran essentiellement dans la ville de Yazd).


Il existe une diaspora également en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. (Citons à titre anecdotique quelques zoroastriens contemporains célèbres comme le chef d'orchestre Zubin Mehta et le chanteur de rock Freddie Mercury par exemple).


Le mazdéisme


Fondé par Mazdak au Ve siècle, le mazdéisme est une tentative de rendre le manichéisme plus souriant. On retrouve le Bien et le Mal en conflit, mais avec quelques accommodements. La rigueur à l'égard du sexe et des biens notamment est assouplie, Mazdak militant pour une forme de communisme des biens et de partage des femmes. Cette doctrine ne plut que très modérément au clergé et à l'élite zoroastriennes orthodoxes, mais la conversion du roi sassanide Kavadh à la fin du Ve siècle lui donna une grande impulsion. Toutes les religions qui la supplantèrent par la suite, du christianisme à l'islam, s'employèrent à effacer jusqu'à la dernière trace du mazdéisme et des mazdéens. [Lire +]


Son origine remonte aux tribus indo-européennes des 2ème et 1er millénaires avant JC. Le mazdéisme possède une étroite parenté avec l'ancienne religion indienne décrite dans les Veda. Le dieu suprême, Ahura Mazda ou Ormazd (Varuna, en Inde), est entouré de divinités, les Amesa Spenta. Cette religion est donc polythéiste. La société des hommes, quant à elle, est tripartite : prêtres, guerriers et agriculteurs-éleveurs. Le feu et le "haoma" - boisson enivrante - sont les deux éléments principaux de culte. Le sang d'un animal, souvent un boeuf, sert aux sacrifices.


Le zoroastrisme à son origine

Cette religion est issue des anciennes croyances mazdéistes réformées par Zarathoustra (Zoroastre, en grec). Originaire de l' "Iran" oriental, elle naît entre 1000 et 600 avant JC, donc avant les grands rois achéménides. La vie de Zarathoustra est relatée dans des chants (les "gâthâ") qui font partie du livre saint "l'Avesta". De la vie du prophète Zoroastre, ou Zarathoustra, on ne sait pas grand-chose. Si ce n'est qu'il transforma le mazdéisme (du dieu Ahura Mazda) polythéiste en religion monothéiste.


Contrairement au mazdéisme, le zoroastrisme est une religion monothéiste : Ahura Mazda est un dieu bon, à l'origine de toutes choses. Sous lui, règnent deux "Esprits" jumeaux :


- Spenta Mainyu, le Saint Esprit
- Ahra Mainyu, plus connu sous le nom de Ahriman, le Mauvais Esprit.
Ces jumeaux symbolisent la lutte entre le Bien et le Mal, entre la Lumière et les Ténèbres. Ils se livrent à un combat cosmique et, finalement, le Bien l'emportera.Ce dualisme est fondamental : l'homme choisit librement la voie qu'il va suivre. Si ses pensées, ses actes et ses paroles sont exemplaires, il sera récompensé après sa mort par une place dans le royaume d'Ahura Mazda. En effet, au moment du Jugement dernier, une grande ordalie ("jugement de Dieu") par le feu et le métal fondu, présidée par Ahura Mazda, châtiera les méchants et les bons accèderont à la résurrection spirituelle.


Zarathoustra est un adversaire farouche des anciennes pratiques mazdéistes :
la mort d'un animal dans la souffrance, car totalement incompatible avec la bonté de Dieu auquel il est sacrifié,
le choix du bœuf pour ce sacrifice, car totalement incompatible avec la sagesse de Dieu : le bœuf est en effet l'auxiliaire indispensable aux travaux agricoles et c'est le symbole du monde animal,
le "haoma", car il égare les hommes quand ils sont ivres.




Les pratiques des mages vont influencer le zoroastrisme


En effet, en Médie (partie de l'Iran actuel au sud-ouest de la mer Caspienne), ils forment une caste aux fonctions politiques et religieuses héréditaires depuis des siècles. Comme les achéménides ont conquis la Médie, ces mages vont constituer naturellement le clergé de la nouvelle dynastie.


Très conservateurs, ils refusent la réforme prônée par Zarathoustra. Le sacrifice des animaux est maintenu et l'on boit à nouveau en quantité non raisonnable le "haoma" ...


Et plusieurs anciens dieux font leur réapparition :


Anâhita, à l'origine de l'eau et des fleuves,


Mithra, à l'origine du soleil et dieu de la guerre. Il préside les sacrifices de taureaux et les rites liés au "haoma" ...


Le manichéisme


Fondé par Manès (215-275 ap. J.-C.), un citoyen de Ctésiphon tout juste devenue la capitale de l'empire sassanide (226-651), le manichéisme est une forme hérétique du zoroastrisme. I1 repose sur un dualisme radical de type gnostique: la Lumière cherche désespérément à se dégager des Ténèbres et de la matière qui l'oppriment. Pour sauver les âmes des Ténèbres, Dieu envoie des prophètes - Bouddha, Zoroastre, Jésus, puis Mani - pour leur montrer le chemin à suivre, chemin austère fait de jeûne, de continence et de repas végétariens. Croyant à la prédestination, le manichéisme influença également le christianisme, avec lequel il se trouvait en concurrence. Mani fut persécuté par les Sassanides.


Au 3ème siècle après JC, donc sous l'empire sassanide (224-642 ap. JC), le prophète Mani enseigne en "Iran" une nouvelle doctrine associant le zoroastrisme, le christianisme et le boudhisme.Né en 216 ap. JC, Mani est élevé en Babylonie (l'Iraq actuel). A 24 ans, après une première révélation de Dieu, il part pour un voyage apostolique qui le conduit à travers toute la Perse jusqu'à la vallée de l'Indus. A son retour, Shâpur Ier l'autorise à prêcher dans tout l'empire. Cependant, le grand prêtre Kartir organise des persécutions générales contre les manichéens et Mani meurt en prison en 277 ap. JC, à l'âge de 61 ans. Contraints à l'exode aux confins de l'empire sassanide, les manichéens émigrent vers l'Egypte et l'Asie centrale.


Les trois temps de la lutte entre la Lumière et les Ténèbres
1er temps : Les deux principes sont séparés, puis le royaume des Ténèbres envahit celui de la Lumière.
Le temps médian ou le temps du mélange des principes : "L'Homme Primordial, une émanation de Dieu, est battu par les démons qui lui prennent son armure (la Lumière). Les particules de Lumière ainsi prises sont mélangées aux Ténèbres et à la Matière. Si certaines particules sont récupérées par l'Esprit Vivant pour former la lune, le soleil et les étoiles, les plus souillées demeurent captives. Alors interviennent les Archontes, démons enchaînés par l'Esprit Vivant, qui engendrent les plantes et les animaux dans lesquels sont incorporées des particules de Lumière. L'espèce humaine est créée par la Concupiscence qui espère qu'en se multipliant l'homme éparpillera les particules et les empêchera de remonter dans leur royaume. Pour déjouer ce plan, le Sauveur communique au premier homme, Adam, la Gnose, c'est-à-dire la connaissance totale sur son origine et sa vocation : bien que son corps provienne des démons, son âme pourra se libérer et remonter à la Lumière".
Le temps postérieur : Toutes les particules seront libérées, la Lumière et les Ténèbres seront à nouveau séparées. Les démons et les damnés seront à jamais enfermés dans le monde de l'Obscurité.


Evolution du zoroastrisme sous l'empire perse sassanide (224-642 ap. JC)


Le zoroastrisme devient une véritable religion d'Etat. Une théocratie s'organise autour des mages. Le plus actif est le prêtre Kartir que l'on retrouve sous les règnes de Shâpur Ier (241-272 ap. JC), Bahram Ier (273-276 ap. JC) et Barham II (276-293 ap. JC), donc contemporain du prophète Mani. Il s'attaque aux doctrines "hérétiques", donc, entre autres, aux manichéens. Le zoroastrisme jusqu'à nos joursAprès la conquête arabe et l'arrivée de l'islam, les zoroastres (ainsi que les juifs et les chrétiens d'ailleurs) sont reconnus comme "Gens du Livre". Cependant, au 8ème siècle ap. JC, le durcissement de l'islam entraîne des conversions massives. Les zoroastres qui ne veulent pas renier leur religion sont obligés d'émigrer vers l'Inde : ce sont les parsis.Aujourd'hui, il ne reste que quelques dizaines de milliers de zoroastres en Iran, principalement à Ispahan, Yazd et Kerman. L'article 13 de la constitution iranienne leur garantit la liberté de culte.



Source : "Iran, de la Perse ancienne à l'Etat moderne" de Helen Loveday, éd. Olizanes, Guides Olizane, Découverte, 2001, 288 p.


Qu'est ce que les bacchantes?


Les bacchantes étaient principalement des femmes (mais il existait aussi des bacchants) qui célébraient les mystères de Dionysos-Bacchus. Les premières qui portèrent ce nom furent les nymphes nourrices de Bacchus, qui le suivirent à la conquête des Indes. Elles couraient çà et là, échevelées, à demi nues ou couvertes de peaux de tigres, la tête couronnée de lierre, le thyrse à la main, dansant et remplissant l'air de cris discordants. Elles répétaient fréquemment le cri Évoé, comme pour rappeler les triomphes de Bacchus sur les Géants.


Leur fête, appelée Bacchanales, se célébrait autrefois en Grèce, en Égypte, et principalement à Rome. Euripide, dans la tragédie des Bacchantes, a laissé une description détaillée des ferventes de Dionysos, au moment où elles vont célébrer les mystères de ce dieu, en proie à l'extase furieuse qu'il leur inspire. À la fin de cette pièce, Penthée est puni pour avoir résisté à Dionysos : les bacchantes le déchirent avec un acharnement sauvage, y compris Agavé, la propre mère du jeune homme, qui dans son délire, brandit la tête de son fils qu'elle prend pour une tête de lion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementiae.fr1.co
Kaillene Alexiel
Admin
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Là ou mon Cœur me porte

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Mar 11 Sep - 12:06

2) le sorcier


Selon une croyance populaire et souvent erronée, un sorcier est une personne que l'on croit en liaison avec le démon et qui, à ce titre, aurait des pouvoirs magiques dits démoniaques. En anthropologie, le sorcier est une personne qui pratique la sorcellerie. Chez certains peuples, il joue un rôle social important.


Le sorcier est parfois associé au voyant. D'autres l'associent au chaman, qui est un spécialiste de la communication avec le surnaturel et le monde des esprits, généralement ceux des défunts.


Le mot français « sorcier » et son féminin « sorcière », dérivent du latin vulgaire sortarius proprement « diseur de sorts », du latin classique sors, sortis, désignant d’abord un procédé de divination, puis destinée, sort. Le mot qui les désigne en catalan, Bruixa et en espagnol Bruja proviennent peut-être du terme ibère bruixa, et plus précisément du galaïco-portugais bruxa. Le mot anglais witch a des origines plus controversées mais parait bien provenir d’un radical wik d’origine tant celte que germanique.


Un personnage mythologique et légendaire


Magie et paganisme
Dans les temps les plus reculés, la magie était exercée comme un culte voué aux forces primaires universelles et aux esprits naturels. Les forêts, par exemple, étaient considérées comme des cathédrales tantôt maléfiques, tantôt bénéfiques. De même, les astres étaient vus comme des dieux tout-puissants, les eaux étaient enchantées, les animaux, des esprits familiers qui entouraient les humains.


Le paganisme était ainsi la religion des hommes proches de la nature. Le mot pagus désigne en latin le village, et la religio paganorum est avant tout celle des paysans, dont les prêtres et prêtresses étaient jadis constitués de sorciers et de sorcières : équivalents de nos médecins, prêtres et psychanalystes modernes.


Les sorcières étaient les prêtresses du dieu Pan, dieu cornu soufflant dans sa flûte pour célébrer la fertilité de la nature. La sorcière est avant tout une adepte du panthéisme qui proclame que le divin est présent partout où se trouve la vie.


Ce « dieu cornu » trouve une autre représentation en Dianus, pendant masculin de Diane. Les cornes symbolisaient l'axe vertical qui relie la terre au divin, idée que l'on retrouve en évoquant la "corne d'abondance".


Cependant, on trouvait également dans les civilisations antiques grecque et romaine une religion parallèle, inspirée des cultes de Mésopotamie, de Perse, de Chaldée et de l'Égypte ancienne. En Grèce, Porphyre (233-303) croyait que certains esprits venaient se rassasier aux tables des vivants, et il ne pouvait se nourrir sans tenter de les éloigner par différents rites et cérémonials de purification. Il existait ainsi à Rome une loi, la Lex Cornelia, qui interdisait ces pratiques et qui condamnait à mort ceux qui s'adonnaient aux pratiques de sorcellerie : « les devins, les enchanteurs et ceux qui font usage de la sorcellerie à de mauvaises fins, ceux qui évoquent les démons, qui bouleversent les éléments, qui, pour nuire, emploient des images de cire, seront punis de mort. »


Le culte de la nuit
"Je gémis dans mon sommeil en entendant
au loin leurs rires tournoyer
D'une flamme aveuglante fendant les nuit des rêves,
Ils martèlent le cœur comme fer sur l'enclume"
La religion païenne était une religion dont les rituels étaient célébrés surtout la nuit, n'ayant aucun effet le jour : la fête des druides, la nuit de Walpurgis, Halloween -nouvel an païen -, les solstices et équinoxes ; les bacchanales, les fêtes de Diane.
C'est pourquoi, dans les cultes anciens, la nuit était adorée comme une figure divine :
En Grèce, Nyx, première fille du Chaos, engendre les catastrophes, le deuil, le chagrin. Elle est la mère de deux jumeaux : Le sommeil et la mort.
Dans la religion païenne, Hécate est la déesse de la lune, mère des sorcières et des fantômes. Elle est souvent accompagnée de chiens et de loups.
En Norvège, la Mara est un esprit succube de la nuit, qui, à l'instar de son pendant masculin (l'"incube" ), venait la nuit partager la couche des rêveurs endormis afin de se repaître de leur énergie vitale.
En Russie, en Pologne et en Tchécoslovaquie, les notchnitsa venaient mordre et pincer les nourrissons durant leur sommeil nocturne.
En Ecosse, Annis la Noire était une ogresse affreuse qui, cachée au creux d'un chêne, guettait le passage des enfants pour se délecter de leur chair tendre.


le sabbat

célébration de samaïn
Les festivités commençaient à la tombée du jour où on allumait des grands feux sur les collines. On remplissait également les tables de viandes, de noix, de lait de pain et d'alcool. De plus, la tradition voulait que les Celtes laissent dehors des plateaux remplis de fruits pour leurs ancêtres, et, afin que ces derniers puissent retrouver leur chemin, on sculptait des citrouilles et on plaçait une chandelle à l'intérieur. D'où le symbole actuel. De plus, un peu avant minuit la coutume veut que l'on allume une chandelle (elle peût être allumée dans le chaudron) et qu'on la laisse s'éteindre. Ensuite, c'est le temps de la fête. C'est avant minuit que l'on dit adieu à l'année qui s'achève, et que l'on se souvient de nos disparus. Lorsqu'il sera minuit, il est de coutume d'allumer une multitiude de chandelles ou ravivez le feu dans la cheminée. C'est aussi de moment de brûler des petits papiers sur lesquels vous aurez préalablement noté les petites manies et habitudes dont vous souhaitez vous débarasser. Puis, après minuit, le passé laisse place à la fête et à la bonne humeur, pour célébrer la nouvelle année qui commence. Sachez également que jusqu'à minuit, c'est une période extrêmement favorable pour la divination et la communication avec l'autre monde (au travers du spiritisme par exemple).


Célébration de Yule
Comme vous l'aurez peut être déjà remarqué dansu un autre topic consacré à ce Sabbat, Yule est une fête au cours de laquelle on célèbre le retour du Soleil. Ainsi, il est de coutume d'allumer des flambeaux et des chandelles, de grands feux de joie à l'aube, destinés à faire fuir l'obscurité et revenir la lumière. Autrefois on allumait de grands brasiers, mais maintenant qu'il est plus difficile de le faire, la tradition veut que l'on fasse brûler pendant 12 heures la "Bûche de Yule", faite de chêne ou de pin, tout en l'ayant préalablement décorée et arrosée d'huile, dans notre cheminée. Il est dit qu'elle portera chance au cours de l'année à venir. C'est d'ailleurs de cette bûche que découle l'habituelle "bûche glacée de Noël" présente au dessert dans la majorité des foyers.


Mais ce n'est pas la seule tradition à avoir été réintégrée par notre société actuelle, puisque l'"arbre de Yule" en fait lui aussi partie. Traditionnellement décoré avec des guirelandes de fleurs séchées, des bâtons de cannelle ou toutes autres plantes de saison et arrangements faits maison. On y ajoutait également des pommes, et surtout des guirlandes de houx, de lierres et de gui, trois plantes, toujours vertes en hiver, qui sont de par leur persistance symboles de fertilité et de vie éternelle. Celui-ci a peu à peu laissé place à l'Arbre de Noël, qui n'a pourtant maintenant plus aucune signification profonde pour la majorité des gens. L'arbre de Yule représente la vie, la capacité de changement. Un conifère était choisi en raison de sa force à supporter le grand froid de l'hiver. Contrairement à d'autres arbres totalement dénudés en cette saison froide, celui ci sait rester tel qu'il est en toute saison. En correspondance avec les Oghams, l'Arbre de Yule est "Ailm".


Mais Yule est également un temps réellement propice aux unions. Beaucoup de mariages païens se déroulent lors de ce Sabbat, et ce n'est certainement pas anodin si le gui tient une place prépondérante. S'embrasser sous le gui (remplacé par les chrétiens au IVe siècle par le houx) assurait traditionnellement vie et amour éternel aux deux amoureux. Voilà encore une bien belle tradition qui s'est perpétrée jusqu'à nos jours !




Le message de Yule est très simple: se tourner vers le futur et ne pas regarder en arrière. C'est le moment de repartir sur de bonnes bases et de prendre confiance en soi.


Célébration d'Imbolc
Imbolc est l'une des époques traditionnelles d'initiation dans les covens et des rituels d'engagement personnel. La tradition veut que les festivités débutent au crépuscule de la veille du Sabbat. Le but est de s'amuser et de célébrer ce qu'on a de plus précieux à nos yeux. On célèbre le ménage du printemps, on nettoie et purifie son âme mais également ses outils et on se prépare à de nouveaux projets. Durant cette période, il est de tradition pour les sorcières de se vêtir de blanc, symbole évidemment de pureté.


Dans les civilisations celte et nordique, de grands bûchers étaient allumés, pour aider la renaissance du soleil et hâter la venue du printemps. Aujourd'hui on allume une bougie blanche à chaque fenêtre, allumée une à une à partir du coucher du soleil, tout en récitant cette petite prière à chaque bougie:


« puisse la lumière qui s’en revient
Apporter sagesse et paix dans ma maison »


Il est de coutume de déposer un objet symbolisant la roue sur l’aut[/u]el [/u](représentant une charrue, symbole de semences.) Le rapport au nettoyage de printemps est également important, c’est pourquoi l’on place un balai devant notre porte. Ce nettoyage et aussi bien physique que spirituel. C’est l’époque idéale pour semer de nouvelles graines, de consacrer les outils du jardin, etc. Vous pouvez également brûler les branches des plantes que vous avez utilisées à Yule, etc. Etant donné qu’il s’agit d’une période de recommencement et de renouvellement, vous pouvez également consacrer et purifier vos outils à nouveau si vous en ressentez le besoin.


Celebration de Mabon
Célébrer un Sabbat peut revêtir de bien nombreux aspects : il ne s'agit pas forcément d'exécuter un Rituel, un Repas entre Sorciers etc. C'est également se rapprocher de la Nature, rendre hommage à la roue de l'année par quelques gestes simples.


Ainsi, plusieurs actes faciles d'accès peuvent s'avérer très enrichissants :


Mabon étant l'époque des récoltes, il est d'usage de récupérer les fruits de saison pour les transformer : fabrication de vin, de jus de fruit, mais pourquoi pas également d'éléments de décoration ! Découvrez par exemple dans la section "De la Magie dans sa Vie" un petit tutoriel pour créer des poupées entièrement naturelles en pommes.


Côté décorations toujours, vous pouvez ramasser des cosses ou encore des plantes sèches en forêt, des feuilles aux couleurs de l'automne et des fleurs de saison pour constituer votre décoration d'autel et de maison : couronnes, bouquets, guirelandes, pots-pourris sont à l'ordre du jour... Et pourquoi ne pas réaliser également un mandala à l'aide de graines ou de feuilles réduites en poudre ?


Mais l'heure est également aux hommages et aux échanges : hommage aux morts, hommage aux animaux, à la Nature... Si vous passez devant un cimetière ou si vous décidez de rendre visite à vos proches disparus, n'hésitez pas à décorer les tombes de couronnes de saison. N'hésitez pas à partager ce sabbat avec vos amis : même s'ils ne sont pas plongés dans la tradition sorcière, proposez-leur des ballades en forêt, un bon repas de saison, une soirée au clair de lune ou un pique nique dans un pré.


Nombreux sont les projets que l'on peut entammer en tenant compte de notre environnement et de l'arrivée de l'automne.


source:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementiae.fr1.co
Alfred Nonnime
Ent Shun
Ent Shun
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 35
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Lun 7 Jan - 7:58

Bien ! En parcourant ton forum Anunitu je vois que Wikipédia dis toujours des tas de bêtises. J'y suis contributeur mais dans la section histoire de l'art, il me faut demander l'autorisation pour corriger dans une autre section. Là il y a pas mal de choses à corriger sur Zoroastre (un de mes maîtres).

Moi je ne me ressent dans aucune de ces deux catégories, je suis juste un intermédiaire. Un prêtre de base quoi... ayant commencé comme chaman.

_________________
Oh God !
What are your plans for me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaillene Alexiel
Admin
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Là ou mon Cœur me porte

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Lun 7 Jan - 13:14

Tu n’as pas besoins d’autorisation pour corriger une information qui serait erroné pour tel ou tel raison.
Si tu as des informations pertinente permettant d’apporter une réelle plu value à cet article ou un autre ne te gène surtout pas.
Un article dédier à Zoroastre pourrait être une excellente idée…
Donc dans les fait ce sujet sera éditer et un lien renverra vers ton article

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementiae.fr1.co
Alfred Nonnime
Ent Shun
Ent Shun
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 35
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Mar 8 Jan - 11:08

Pardon je me suis mal exprimé, je ne me vois pas réécrire cet article. Il est pas mal quoiqu'incomplet... je vais juste apporter les précisions qui me passent par la tête aujourd'hui :
- Il est bien né a Balkh, qui à l'époque était au coeur de l'empire perse, en tout cas c'est ce que disent la plupart des textes (au nord de l'Iran par contre si on reste dans les traditions on a le Vieux sur la Montagne, qui fait encore des émules avec Al Quaïda).
- On considère le zoroastrisme comme la première religion monothéiste. Les historiens exceptent le culte du dieu unique Aton en Egypte quelques siècles auparavant, car il a été renié par tous les prêtres égyptiens dès la mort d'Akhenaton. Alors que, bien que marginal, le zoroastrisme est encore pratiqué.
- Zoroastre détestait les mage de tout acabit.
- Je trouve dommage qu'on ne fasse aucune allusion à Nietzsche, un autre de mes maîtres. Bien sur on a l'ouvrage Ainsi Parlait Zarathoustra, mais surtout Le Crépuscule des Idoles. Dans ce dernier il modernise la pensée de Zoroastre en l'adoptant au contexte idéologiquement troublé du dix-neuvième siècle.

Pardon ce que je dis ici n'est que mon avis personnel, je ne suis qu'archéologue et historien de l'art, pas des religions ou de la philosophie... Je ne détiens en aucun cas la science infuse ! Et puis je n'ai pas dormi depuis trois jours...

_________________
Oh God !
What are your plans for me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaillene Alexiel
Admin
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 09/09/2012
Localisation : Là ou mon Cœur me porte

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Mar 8 Jan - 16:05

J'ai du mal m'exprimé également...je voyais juste une correction ou modification d'un ou de plusieurs éléments incorrect (pas une réécriture complète). Un poste spécifique était pour préservé ton travail puisqu'il s'agit de ta contribution personnel. Je n'ais pas non plus la science infuse et donc je peux faire également des erreurs.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dementiae.fr1.co
Alfred Nonnime
Ent Shun
Ent Shun
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 35
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Sam 12 Jan - 10:42

Pff si tu ne détiens pas la science infuse Anunitu tu pourra pas m'aider... (pardon mauvaise blague) Pour en revenir à nos moutons oui Zoroastre mériterait un sujet à lui tout seul, comme Jésus ou Moïse d'ailleurs.

_________________
Oh God !
What are your plans for me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred Nonnime
Ent Shun
Ent Shun
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 01/01/2013
Age : 35
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   Dim 3 Fév - 17:16

En y repensant la Société de Thulé (les fameux sorciers nazis) et Aleister Crowley (un ami des premiers) Se seraient inspirés du mazdéisme et du zoroastrisme en particulier. Si certains sont intéressés par ce genre de sujet je révisait justement la magie chez les nazis, ce qui m'y a fait penser. J'ai un post en cours de rédaction là-dessus mais pour un autre forum. Je vais voir s'il y a des réactions avant de demander à Anunitu si je peux glisser un lien...

_________________
Oh God !
What are your plans for me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le mage et le sorcier   

Revenir en haut Aller en bas
 
le mage et le sorcier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lune c'est pas sorcier
» un "sorcier" libanais risque d'être décapité
» Sorcier ou sorcière ?
» C'est pas sorcier sur l'agriculture biologique
» Rome: selon le pape, le chômage mine la stabilité sociale et le bien commun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
dementiae :: l'antre :: magie-
Sauter vers: